Les progrès salutaires pour l’économie et les services ont été partisans, comme Emmanuel Macron. Technologie potentiellement inférieure pour la santé et l’environnement pour les distracteurs, parmi les écologistes les plus célèbres. Le débat sur les grands débuts est enflammé.

Parfois, certaines machines sont bien couvertes. Elles tombent sur un grain de sabre, calent, s’enrayent. Dans le sillage de ses voisins européens, la France a prévu d’embrasser la 5G qui, comme son sigle l’indique, designe la cinquième génération de standard en matière de téléphonie. Une fois déployée, elle devrait permettre des débits dix fois plus rapides que la 4G, un temps de lancène bien moindre et une interconnexion bien plus épaisse entre les appareils et le réseau. C’est le monde des objets connectés et de la fluidité des changements, nous sommes traffic-on. Bisous de téléchirurgie, de voitures autonomes et de métropoles intelligentes.

En plus des besoins d’investissement, nous prévoyons de verser les amuse-gueules des grandes places (Orange, SFR, Bouygues et Free): la mise aux enchères des fréquences de débuter le 29 septembre, et apporter plus 2 milliards d’euros dans les caisses de l ‘ Ce. Mais au coeur de cette inédité, cette histoire des antennes et des fréquences des hertsiennes au prix d’un tour controversé dans le lacquel chacun surjoue son rosle jusqu’à la caricature.

Cet article est réservé aux abonnés

  • Tous les abonnements : articles, critiques, newsletters, etc. magazine en version numérique
  • L’accès à plus 300 films VOD par sélection par l’éditeur
  • Dez avances et réductions sur les événements culturelschoisis par Telerama

Je dois payer 1 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *