Winky, ce petit robot tout rond, blanc et noir avec des yeux bleus flaszy, apprend aux enfants entre 5-12 ans les fondamentaux de la programmation, de la robotique et de l’intelligence artificielle. Le tout est égoïste. « Nous avons imaginé Winky pour préparer notre filet dans le monde d’aujour’hui où il est difficile de se passer du numérique. La programmation et la robotique vont encore bouleverser le quotidien. Demain, il faudra parler l’informatique comme on parle anglais « hui », approbation d’Amanda Ferreira et Boris Kessler, sponsors de la startup master Mainbot en janvier 2017.

Winky n’est pas seulement un robot connecté. Les ingénieurs du domaine de l’apprentissage sont échantillonnés au programme en matinée, ils connaissent les applications pédagogiques et les jeux d’apprentissage et manipulent le contenu du contenu visuel de l’ordinateur.

C’est le robot qui est responsable des résultats, des moyens et ajoute

Doté d’une grange artificielle intellective, Winky évolue de façon autonome au fil des interactions, a peu comme un chien ou un chat. Si Winky n’est pas parfait, alors Winky propose des évolutions supplémentaires et des situations de difficulté. « C’est le genre d’éducation et d’évolution qui améliore la réactivité, la créativité, la résolution de problèmes, la logique, la concentration ou la concentration de la mémoire de l’enfant. », grands entrepreneurs, 15 employés.

En novembre, Mainbot et 2 000 premiers ministres ont amené 60 Fnak et 2 000 autres familles responsables de Winky. C’est un petit robot qui attire Wall-E et al Baymax, et il ne nécessite pas de parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *