Publié le 7 février 2018

Ils sont jeunes et veulent changer le monde. Chaque jour, les startups prendront la journée pour améliorer notre consommation et notre consommation, pour améliorer la disponibilité des matériaux utilisés, en termes d’éco-conception ou d’innovation sociale. Chaque jour, Novethic a décidé à la fin de la journée. Aujourd’hui, nous vous présentons Leka. Ces jeunes ont un petit robot qui aide les enfants autistes, trisomiques ou polychandiacs à communiquer et à apprendre.

Il s’agit d’un petit robot tout rond, aux grand yux, qui est déplacé et qui change de couleur. Il s’agit d’un petit robot, le Baptiste de Lecco (jouer et se soigner en suédois), d’un style étonnant hors du commun: aides d’automates, trisomiques ou messages multi-têtes en communication avec l’entourage approximatif, et autres. Les sponsors sont fixés sur une mission ambitieuse: « aider les enfants exceptionnels à vivre une vie exceptionnelle« .

Apprenez la technologie d’attaque et souhaitable

Le projet est une suspension étanche Les études des fondateurs, Ladislas de Toldi et Marine Couteau, tous deux ingénieurs en biotechnologie. « Notre professeur de design est très demandé pour créer un objet pour votre enfant autiste. Cela nous a tout de suite inspirés, que nous avons chacun dans notre famille, des enfants exclunel« Après un état de rencontres multiples et multiples avec des spécialistes, le projet prend forme. Le robot n’a pas pu rivaliser en raison de la technologie de ce type d’adaptation adaptée aux intérêts des enfants et des membres de la famille. »Beaucoup d’objets destinés aux enfants en situation avec des lacunes et trois cents. Nous voulons un objet qui puisse passer le lieu! « , souligne Ladislas de Toldy.

Le robot agit comme une sorte de médiateur entre l’enfant et son entourage. L’aide pour motiver et se concentrer sur le contenu des tablettes disponibles. Un défi que Leka a réussi haut la main selon les premiers retours des personnes qui l’ont testé, essentiellement aux États-Unis.

Un enfant de 100 ans et plus autiste

Les Besoins sont importants. Dans le monde, un environnement de 100 enfants autistes (avec de grandes différences entre les pays). Le prix de leur responsable, avec des méthodes et des adaptations possibles aux problèmes, est extrêmement variable selon la fonction du pays. « Aux États-Unis na vzor (la start-up de cette incubée pendant trois mois, NDLR), nous n’avons pas pu passer de l’intérieur de notre voiture robotique à l’autisme est connu et à très bon prix. En France, pour se venger, c’est encore très tabou« , souligne Ladislas de Toldy.

De l’idée d’utiliser le petit robot également comme élément de sensibilisation auprès du grand public ou des investisseurs dans l’occupation des tournées de table pour la levée de fonds. « Dans un proche avenir, nous cherchons une fiducie de 2 millions de dollars pour les investisseurs, éventuellement des franchises possibles. Concentrez-vous davantage sur les intérêts sociaux, en plus de la division d’escorte d’investissement, ainsi que sur les classifications qui évaluent les risques et d’autres exemples.« , précisément le fondateur.

Devenir mondial leader de la technologie éducative

Leka est également en phase de test auprès de spécialistes et de familles en France, aux Etats-Unis, en Arabie Saoudite, en Espagne, en Turquie et en Malaisie. Il sera disponible dans le commerce dans le courant de l’année 2018. Pour la vente disponible aux familles (au coût d’un peu moins de 1000 €), la startup peut prendre l’éventuel abonnement à un abonnement au service qui branche le robot. Il est également considéré comme un élément de mutilation et d’assurances pour faciliter le paiement sous forme de traitement pour les enfants.

A Court Terme, la startup qui compte 5 berlines, reste ouverte avec des équipements commerciaux, techniques et exploitables. À plus long terme, Leka voit grand: l’objectif est de devenir « leader mondial de la technologie éducative« , outre le fait que pour les personnes vivant dans le monde, il n’y a pas assez de troubles graves, comme pour les personnes qui visitent la maladie d’Alzheimer.

Béatrice Hérault @beatriceheraud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *