Autisme: quelles légitimités nouvelles et déterminantes les familles considèrent-elles? Comment expliquer le deuil à un enant?

3 avril 2019

En plus de plus de robots, ils sont prêts à aider les jeunes enfants, ainsi qu’à l’hôpital où ils se trouvent. Une vraie aide, un appel à développer ces dernières années.

Ils s’appellent Nao, Charlie ou WheezHope … Ces robots investissent de plus en plus les établissements de santé pour améliorer la qualité de vie des enfants malades. Le plus connu s’appelle Nao. L’intérieur du robot humanoïde de 57 centimètres mis au point pour accueillir les enfants présentant des problèmes de spectre autistique (TSA). Nao leur parle pour les inciter à communiquer. Il leur apprend aussi à reproduire a quelques compartiments qui sont cités par les patients avec des patients mal du à décrypter et reproduire. Nao copie ces expressions – cligner des yeux, incliner la tête, etc. – en fonction du sentiment que vous souhaitez exprimer. Par mimétisme, avec l’utilisation d’un robot ordinaire sur la roue ronde, les enfants reproduisent des déportations humaines humoristiques. Nao permet donc une autre façade d’apprendre.

Avec l’aide du logiciel logique robot-humanoïdes session aidera à changer la condition des patients. Aux urgences d’Evreux, dans l’Eure, Nao est devenu Oscar, non plus reservé aux jeunes autistes mais à tous les enfants qui passent par ce service. «Nous utilisons des utilitaires pour empêcher l’enfant d’être seul, explication par Arnaud Depil-Duval, chef urgens à l’hôpital Evre-Vernon. Oscar discute / suggère au patient d’ignorer la focalisation sur le robot. Ainsi, il oublie totalement le soin.«Généralement, les enfants entre 4 et 12 ans aux Oscars, n’ont pas la présence de souvenirs ou de matériel médical. Grâce au robot, ils n’ont pas à distraire le jeune patient, etc. la singularité centrale de l’acte médical. Cependant, l’appareil n’est pas autonome, c’est une fonction et un étranglement du programme qui doit être une intervention humaine. Dans le grenier, le petit robot humanoïde dansait et racontait les histoires des enfants malades dans les meilleures conditions.

WheezHope parle 119 langues

WheezHope est tout juste en service à l’hôpital Marie Lannelongue, à Banlieu parisien. Ce robot humanoïde est illuminé multicolore, parle et propose d’ex-enfanta assistant au congrès de cardiopathie. «Dans le respect de l’homme incompréhensible et de l’interactivité, WheezHope a pour 1er objectif réduire l’anxiété de nos jeunes patients avant et pendant leur soin, explicite Sarah Cohen, cardiologue à l’hôpital Marie Lannelongue. Le robot interagit avec les enfants pour distraire et détourner leur attention de la distribution des soins.»Autre avantage, WheezHope parle 119 langues qui contribuent à changer – et à limiter les désavantages – les intérêts des familles non francophones et du personnel désuet. Дамашни дом, les enfants et leurs proches retrouvent l’univers du robot sur la plateforme de e-santé WheezLab. Celle-ci propose des explications sur la jeune, de parkour animation-rétractation et des interventions pouvant être mises en œuvre à l’hôpital. La famille n’est qu’un élément, à travers l’interface, partageant des informations avec l’équipe appropriée.

Deux robots sont actuellement en cours de développement: Casper pour les jeunes patients visitent le cancer, etc. Charlie pour les enfants diabétiques. Tous ont des fonctions de distraction, d’apprentissage et de communication pour les jeunes. Avec un peu plus pour Charlie: le parent fait appel aux parents que l’enfant recherche, en vue.

Léa Casian

Autisme: quelles légitimités nouvelles et déterminantes les familles considèrent-elles? Comment expliquer le deuil à un enant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *