Le mBot est livré préprogrammé. Après la mise sous tension, il attend les commandes de contrôle de notre part. A l’aide des touches fléchées de la télécommande IR, on la déplace un peu dans toutes les directions. Le robot ne roule pas trop vite, l’appareil à gouverner n’est pas non plus très précis, mais sur de courtes distances, cela est à peine perceptible.

Marché de l’emploi

  1. services d’exploitation GmbH & Co. KG, Dresde
  2. Computacenter AG & Co. oHG, Kerpen (près de Cologne)

Après avoir appuyé sur la touche B de la télécommande, le robot commence à conduire tout seul. Si le capteur à ultrasons intégré détecte un obstacle, le mBot change de cap. C’est ainsi qu’il traverse l’appartement de manière autonome. Cela nous laisse le temps de préparer le dernier mode. Une partie de l’ensemble est une carte avec un symbole de l’infini noir imprimé dessus. Nous posons la carte sur le sol. Nous mettons le mBot dessus et le mettons en mode télécommande avec la touche C du mode télécommande. Maintenant, il suit obstinément la ligne noire sur la carte.

Vous pouvez également accéder au mBot via un smartphone compatible Bluetooth. Via l’application mBot, le robot est contrôlé par l’inclinaison du smartphone, et nous pouvons en outre désactiver le buzzer et laisser les LED RVB s’allumer sur le platine.

Le mCore Platinum est basé sur l’Arduino Uno, … (Photo: Martin Wolf / Golem.de)

Les débutants cliquent, les utilisateurs avancés sont également autorisés à taper

Cependant, le kit robot est explicitement destiné à l’auto-programmation. Makeblock recommande son environnement de développement appelé mBlock. Il s’agit de l’éditeur graphique Scratch, qui contient toutes les bibliothèques requises pour les tableaux makeblock. Non seulement l’éditeur est entièrement localisé, mais les commandes de contrôle spéciales pour le mBot sont également en allemand. Malheureusement, les commandes de contrôle sont à peine documentées, mais dans la variante allemande mais explicites.

La documentation des bibliothèques Arduino spécifiques à mBot est également assez rudimentaire. Au lieu de gratter le robot via l’API mBot directement avec l’IDE Arduino ou un autre programmeur Editor, vous devez parcourir le code de la bibliothèque. Alternativement, il propose d’utiliser la vue du code Arduino dans Scratch pour étudier les appels. L’API n’est pas trop compliquée.

Pour un programme simple, le scratch suffit. En conséquence, un nouveau programme est rapidement cliqué ensemble. Notre robot doit suivre une source de lumière à l’aide du capteur de luminosité sur son panneau de commande. Nous avons rencontré un problème lors du téléchargement: nous avons connecté le mBot via USB à notre ordinateur, mais il n’a pas été reconnu. Nous devons d’abord installer un autre pilote sur notre ordinateur Mac OS. Bien qu’il soit téléchargé rapidement. Cependant, le pilote n’est pas signé, la signature doit donc être désactivée. Tout cela est documenté, mais exprime un mauvais pressentiment.

Veuillez activer Javascript.
Ou profitez de l’offre golem-pure
et lisez Golem.de

  • sans publicité
  • avec Javascript désactivé
  • avec flux de texte intégral RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *