Les progrès de la robotique et de l’art intelligent sont les commerçants dans les domaines positifs, pas l’objectif de l’éducation. L’un des robots personnels, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), est un nouveau genre de robot.

Prénommé Tega, le robot se veut un atil staff d’apprentissage qui peut être utilisé autant dans la classe qu’à l’exterieru de celle-ci. Quelle est la distinction de ses prédécesseurs? Capacité à reconnaître les émotions des utilisateurs.

Muni de capérents capteurs, Tega peut notamment reconnaître les facialies des enfants et y associotie une émotion. De plus, le robot est programmé pour imiter les émotions des enfants. Sur l’exemple d’un exemple, l’utilisateur est excité ou nonchalant pour protéger son activité, le robot prend les devants.

Dès le début de la semaine, la programmation est modifiée pour le fait que Tega accepte les personnalités et les relations personnalisées des enfants dans leur expérience. Le but est alors de passer de l’imitation et de la camaraderie à l’accompagnement et au tutorat. Le robot peut être reconnu et l’enfant ne sera pas découragé. Il peut également motiver et soutenir l’adaptation rétroactive et la cohérence.

Source: vidéo Hobby sur YouTube.

La recherche du voyage mesure les effets du robot à l’âge de 3 à 5 ans. Utilisez cette langue pour apprendre une deuxième langue sur une période de 8 semaines, dans les 15 minutes suivant chaque session. Le robot du groupe témoin est programmé pour mesurer au stade de l’imitation, il est possible que les cellules du groupe expérimental puissent être compressées et leurs personnalités avec le temps.

Les résultats sont incontestables que les élévations du groupe sont dans la personnalisation du robot faisant partie de celui-ci plus ces engagements dans les activités du groupe que tout le groupe dans le robot lec est au stade de la rétraction d’imitation.

Pour les fidèles, ces résultats tendent à confirmer que la personnalisation de la personnalisation n’est pas basée sur les émotions, c’est un trafiquant et la robotique pour contribuer de manière significative à l’environnement scolaire. D’ailleurs, des robots sont en fait utilisés pour soutenir les enfants qui visitent les deux spectre de l’autisme.


Par Dominic LeBlanc, une filiale de L’École

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *